le Canada, la question d’Israël Palestine et le Proche-Orient

Études sociales, postcolonialisme et multiculturalisme le Canada, la question d’Israël/Palestine et le Proche-Orient des années 1940 à aujourd’hui On a longtemps connu le Canada comme un médiateur raisonnable et respecté qui vise un certain équilibre dans sa position par rapport au conflit israélo-arabe au Moyen-Orient. Cette réputation lui a permis de jouer un rôle d’équilibre sur

Description

Études sociales, postcolonialisme et multiculturalisme le Canada, la question d’Israël/Palestine et le
Proche-Orient des années 1940 à aujourd’hui On a longtemps connu le Canada comme un médiateur raisonnable et respecté qui vise un certain équilibre dans sa position par rapport au conflit israélo-arabe au Moyen-Orient. Cette réputation lui a permis de jouer un rôle d’équilibre sur la scène internationale. Plus de 64 ans après la création de l’État d’Israël en Palestine et la participation du Canada dans la préparation du plan de partage de l’ONU adopté en novembre 1947, l’évolution de la politique étrangère du Canada sur la « question palestinienne » s’éloigne de la neutralité prétendue et s’approche publiquement de plus en plus de la partialité envers Israël, particulièrement sous le gouvernement du premier ministre conservateur Steven Harper. Cette
recherche essaie de repérer la prise de position des gouvernements canadiens qui se sont succeed de 1947 à nos jours et de répondre à la question suivante: comment le Canada a-t-il évolué par rapport au conflit israélo-arabe?  

Richard L. Ward enseigne les études socials et le français à l’école Paul Kane High School. Il est titulaire de plusieurs diplômes universitaires: un baccalauréat en Arts avec spécialité en Littérature Française, un diploma de traduction de l’Université Lumière Lyon 2, un baccalauréat en Arts avec
spécialité Langue Française et Études Sociales de l’Université de l’Alberta, un baccalauréat en Éducation et un Master en Arts avec spécialité Études Canadiennes de l’Université de l’Alberta.